FR | EN

Actualités

Journée Internationale de la Danse 2018

Photo © Tous droits réservés

A l’instar de la Journée Mondiale du Théâtre, créée en 1961, la Journée Internationale de la Danse a été instaurée par l’Institut international du Théâtre en 1982. Depuis, cet événement est célébré le 29 avril, date-anniversaire de la naissance de Jean-Georges Noverre, danseur et maître de ballet français, considéré comme le créateur du ballet moderne. La Journée Internationale de la Danse a pour mission de réunir le monde de la danse, de rendre hommage à cette forme d’art qui, en se passant de mots, dépasse les barrières politiques, culturelles et ethniques : la danse est un langage universel et rassemble l’humanité toute entière dans l’amitié et la paix. Elle a lieu cette année le dimanche 29 avril 2018.

Le TROIS C-L – Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois rejoint d’ores et déjà Ohad Naharin, chorégraphe israélien, directeur artistique de la Batsheva Dance Company, de même que créateur du GAGA movement language, dans son message officiel pour la journée de la danse :

 » Danser, c’est être dans le moment. Il s’agit d’écouter la portée des sensations et de permettre à cette écoute de devenir l’essence de tous les sentiments, de toutes les formes et de tous les contenus. Pourtant, nous devrions toujours nous rappeler d’où nous venons.

Lorsqu’on me demande ce qu’est mon travail, je réponds d’abord qu’il s’agit de lui-même. De la façon dont tous ses éléments se rencontrent pour créer son récit. Un récit de danse du volume, de la délicatesse, de l’utilisation du pouvoir explosif. La recherche de mouvement, d’organisation et de structure. Rire de nous-mêmes, de la dynamique, de la surenchère et de l’euphémisme, du lien entre le plaisir et l’effort, et la sublimation de la folie, de la passion et de la fantaisie de chaque danseur dans une forme claire.

Au mieux, la danse peut être sublime, même si elle est loin d’être parfaite. Nous devons résister à la pensée conservatrice et conventionnelle qui a ses racines dans une grande partie de l’éducation et de la formation en danse, et abandonner les vieilles idées pour de nouvelles et meilleures. Et nous devons toujours nous rappeler de danser un peu tous les jours…

Et nous devons toujours nous rappeler de danser un peu tous les jours … et jamais devant un miroir.  »
(Traduction : Malory Domecyn)

Retrouvez la biographie complète de Ohad Naharin ICI ainsi que son message ICI