3 DU TROIS SEPTEMBRE | LES PONTS INVISIBLES

Réservation obligatoire
© Ludivine Unfer

Cette édition de la rentrée présentera plusieurs projets qui nous plongeront dans la notion des liens, des ponts invisibles entre les personnes, leurs environnements et les différentes cultures.

Pont Invisible – Modestine Ekete

> Work in progress

Pont Invisible, de la chorégraphe Modestine Ekete, parle d’un couloir immatériel en mouvance perpétuelle, qui est peut-être plus réel que tous les ponts qu’on puisse traverser physiquement. La double culture est au cœur de cette création, qui peut s’avérer être un calvaire pour certain.e.s ou une opportunité pour d’autres. Hissée sur ce pont entre l’Afrique et l’Europe, la danseuse invite à pénétrer dans l’univers de la Femme-Mère-Travailleuse-Immigrée. Elle nous raconte son parcours, son quotidien, ses aspirations, ses rêves, ses luttes, son sentiment d’intégration en Europe et particulièrement au Luxembourg.

Gounouj – Léo Lérus

> Work in progress

Gounouj nous plongera dans une création chorégraphique interdisciplinaire inspirée du paysage guadeloupéen et de ses particularités climatiques et sociales, en constante évolution. Léo Lérus cherchera à intégrer des éléments et instruments de la technologie contemporaine afin de découvrir la conscience de la danse et son impact sur son environnement.

ROOM 33 – Urszula Bernat-Jalocha

> Work in progress

Dans ROOM 33, la chorégraphe polonaise Urszula Bernat-Jalocha va dépeindre la situation des relations inter-personnelles, qui ont changé de manière significative en raison de leur exposition au monde et à la société moderne. L’intimité, la connexion non verbale, la perception de notre environnement et la conscience des autres êtres seront étudiées sous le spectre du progrès technologique. Ce progrès qui a offert de nombreuses possibilités de contact, tout en engendrant de nouvelles problématiques contemporaines.