FR | EN

Diffusion

FOCUS | 3 chorégraphes luxembourgeoises en résidence à l’étranger en septembre

 

NEWS FROM ABROAD !

En tant que centre pour la danse contemporaine au Luxembourg, le TROIS C-L a pour vocation de soutenir les chorégraphes et danseurs professionnels en plaçant la promotion et la diffusion au cœur de ses missions. Le TROIS C-L a ainsi mis en place un programme d’échanges de résidence artistique internationale. Ces périodes de travail en-dehors du Luxembourg offrent aux artistes y participant la possibilité de rencontrer d’autres professionnels du secteur culturel, de pouvoir nouer des liens à l’international et de donner une visibilité à leur travail artistique.

Ce mois de septembre 2019 est particulièrement riche avec pas moins de 3 périodes de résidences à l’étranger: la chorégraphe Tania Soubry s’est rendue à Lublin en Pologne pour développer son nouveau projet de recherche Brave (K)New Rave ; la chorégraphe Jill Crovisier est actuellement à Paris avec sa recherche en cours JINJEON ; enfin, Jennifer Gohier se trouve en Finlande où elle travaille sur son PROJET K.

Découvrez ci-dessous leurs impressions sur cette expérience à l’étranger et sur l’évolution de leur travail en cours !

xxx

JILL CROVISIER

en résidence à la Maison du Portugal André de Gouveia à Paris | du 1er au 15 septembre
Projet de recherche: JINJEON | Représentation publique le 14 septembre à 18h

Retrouvez ci-dessous la vidéo de la recherche:

 

JINJEON research 1 – inside a studio from JC Movement Production on Vimeo.

 

JENNIFER GOHIER – Artezia asbl

en résidence au JoJo – Oulu Dance Center en Finlande | du 2 au 12 septembre
Projet de recherche : PROJET K | Open studio le 12 septembre 12h – 14h

Comment avez-vous été accueillis dans le pays et la structure d’accueil ? Comment s’organisent vos journées ?

L’équipe du festival est très chaleureuse, organisée et attentive à notre confort, autant sur le plan artistique que sur le plan humain. Nous avons participé à l’un de leurs « social coffee » afin de rencontrer et échanger avec les danseurs locaux et nous aurons un diner avec les autres artistes du festival.

Comment évolue votre recherche depuis votre arrivée? Comment l’expérience à l’étranger et la culture du pays d’accueil influencent-elles votre travail ? Quelles sont les difficultés, particularités rencontrées ?

Contrairement à ma façon de travailler, je suis arrivée en Finlande avec une page blanche, sans rien à transmettre ni rien attendre de particulier, juste me laisser guider par les propositions des danseurs à mes pistes de travail. Un peu comme lorsqu’on arrive dans un pays sans itinéraire précis, avec la seule idée de se laisser guider par les rencontres sur place.

J’ai préparé cette résidence à travers une série de lectures et de vidéos sur le karaté et les arts martiaux mais je n’ai aucune expérience physique dans ce domaine. Je ne voulais pas non plus arriver avec du matériel chorégraphique qui « ressemblait » à du karaté. 

J’avais quelques pistes de travail à explorer et les danseurs les ont mis en mouvement avec leurs compétences de danseurs et de karatékas. On explore, on teste, on échange, on joue avec le matériel, on garde (ou pas), on ajoute une consigne supplémentaire, on approfondit, on laisse cette idée de côté, on recommence le lendemain , etc …

Le fait d’être en résidence en Finlande a largement contribué à rendre possible la rencontre avec un dramaturge finlandais, Ville Kurki, pratiquant l’Aikido à haut niveau et parlant français ! C’était l’homme de la situation ! Une rencontre aussi belle que fructueuse et inattendue. Nous espérons qu’il pourra continuer avec nous sur les prochaines résidences de travail. 

Enfin, la Finlande est un pays que j’apprécie énormément pour son atmosphère calme, bien organisé et où la nature y tient une grande place. Pas de stress, ni d’embouteillage et un environnement parfait pour se ressourcer entre deux répétitions et garder un esprit disponible.

En quoi effectuer une expérience de résidence et une expérience à l’étranger contribue – ou pas – à l’évolution du projet ?

Travailler à l’étranger, hors de sa routine et son confort domestique permet de se focaliser entièrement sur le projet et de se plonger intensément dans la recherche.

Un autre pays, un autre rythme de vie, une autre langue, d’autres chemins à emprunter pour aller travailler… Nos repères sont bousculés et nous devons nous adapter. Exactement l’état d’esprit d’une recherche chorégraphique.

Enfin, à travers les échanges et les rencontres avec les artistes locaux et l’équipe du festival, cela permet d’avoir de nouveaux regards, et de nouveaux retours sur notre travail.

Pouvez-vous décrire en quelques lignes l’origine de votre projet et votre démarche artistique ? Quelles sont les prochaines étapes du projet ?

A l’origine, cela devait être une rencontre chorégraphique entre 2 amis pratiquant respectivement le kung-fu et le karaté.

Et puis l’un des danseurs n’étant plus disponible pour des raisons professionnelles, c’est une danseuse pratiquant le karaté comme hobby qui a débuté le projet mais comme elle est maintenant enceinte, un nouveau danseur prendra le relai dans quelques semaines pour les prochaines étapes de travail.

J’ai dû repenser cette simple rencontre initialement « amicale »  comme un vrai projet de recherche chorégraphique, à travers différentes périodes de résidence. 

Comment le karaté et plus généralement les arts martiaux peuvent influencer les danseurs et plus largement la création d’une pièce ?

Tel est désormais l’objectif des prochaines périodes de résidence à Homécourt, Esch/Alzette et Luxembourg.

Une des prochaines étapes importantes de ce projet sera une résidence de travail au sein d’un établissement scolaire.

Au-delà d’un simple échange entre professionnels et étudiants lors de workshops, il s’agira de créer un projet artistique et pédagogique pour tout l’établissement scolaire autour du processus de recherche et de création chorégraphique.

Comment serons-nous influencés par ce nouvel environnement ? Ce sera une nouvelle étape de recherche.

Plus d’informations sur Jennifer Gohier ICI

Toutes les dates de tournée ICI

 

TANIA SOUBRY

en résidence au Lubleski Teatr Tańca à Lublin en Pologne | du 6 au 20 septembre | Projet de recherche: Brave (K)New Rave | Représentation publique le 19 septembre

… à venir