décembre 2022

vendredi 09 décembre

3 DU TROIS FÉVRIER | RIEN NE SE PERD

Réservation obligatoire
© Loïc Faquet

« Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme »

L’artiste Konstantinos Papanikolaou se plonge dans le désordre de sa collection numérique de contenus sur les réalités des danses d’autrefois. Des danses oubliées et des pratiques perdues trouvent un écho contemporain au sein de compositions qui lient le passé et le présent de la création chorégraphique.

Dans un cycle de vie/mort/vie, les matières chorégraphiques de Vibrant Landscapes passent par différents états du vivant. Elles évoquent les mondes animal, végétal, minéral et les phénomènes naturels à travers une succession de tableaux de paysages de corps en mouvement. Ces paysages se suivent selon une logique organique, qui rappelle la perpétuelle transformation de toute matière.

Enfin, ALEZAN explorera la réflexion d’une femme par rapport au mariage. La robe blanche sera-t-elle l’élément déclencheur d’une envie de contrôler sa propre destinée ? Un marqueur social qui lancera une force libératrice ?

Konstantinos Papanikolaou et Claire Hurpeau sont acceuilli.e.s dans le cadre du réseau Grand Luxe.

 

The diving horse and other mythologies — Konstantinos Papanikolaou

> Work in progress

Dans le désordre infini qu’est Internet existent des photographies, des vidéos informatives, des textes spirituels, des listes, des suggestions, des horoscopes, des ressources historiques, des traités universitaires, des conférences, des spectacles et des démonstrations de sécurité …
Tout est entassé de manière désordonnée sur tout le reste, en piles chancelantes. Nous collectons quelques-unes de ces images pour diverses raisons, en les organisant par année, dans des arborescences infinies, en leur donnant des noms de fichiers insolites, afin de les utiliser éventuellement un jour.
Konstantinos Papanikolaou a repêché cinq images dans les bibliothèques disparates qui peuplent son ordinateur personnel. Cinq documents tirés des réalités de la danse d’autrefois : des danses oubliées et des pratiques perdues. Des filles courageuses galopent dans le vide, des couples dansent jusqu’à l’épuisement sous le regard avide d’un public insatiable, des ballerines éthérées se sacrifient sur l’autel de l’art. À partir de ces cinq photographies, Konstantinos contemple des pratiques de danse que le temps a inscrites dans une trajectoire de déclin, s’interrogeant à la fois sur leurs origines et sur les traces qu’elles laissent.
Il laisse l’interprétation des documents aux historiens. Il ne les étudie pas, il y réfléchit. Il ne reconstruit pas l’histoire, mais tente plutôt de composer avec le présent. Il construit de petits ponts éphémères de ses prémisses vers chaque source.
Le passé n’est-il peut-être pas formé par les faits/événements eux-mêmes, mais plutôt par la manière dont nous les étudions et les interprétons ? De plus, quels outils pouvons-nous construire afin de comprendre à la fois les choses qui nous ont été léguées et nos parents/ancêtres lointains disparus depuis longtemps ? C’est-à-dire les racines mêmes de nos pratiques ?

Danse et chorégraphie : Konstantinos Papanikolaou | Dramaturgie : Paparaskevi Tektonidou | Vidéo : Alexandros Merkouris
La version filmée de “The diving Horse and other mythologies” a été crée pour le Onassis New Choreographers Festival en Mars 2021

 

Vibrant Landscapes — Claire Hurpeau

> Work in progress

Dans un cycle de vie/mort/vie, les matières chorégraphiques de Vibrant Landscapes passent par différents états du vivant. Elles évoquent les mondes animal, végétal, minéral et les phénomènes naturels à travers une succession de tableaux de paysages de corps en mouvement. Ces paysages se suivent selon une logique organique, qui rappelle la perpétuelle transformation de toute matière. Tantôt ils glissent imperceptiblement de l’un à l’autre, tantôt ils surgissent de moments de ruptures faisant basculer le spectateur d’un univers à un autre.
Ce projet fait écho au principe de Lavoisier : … car rien ne se crée, ni dans les opérations de l’art, ni dans celles de la nature, et l’on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et après l’opération ; que la qualité et la quantité des principes est la même, et qu’il n’y a que des changements, des modifications.

Conception et chorégraphie :  Claire Hurpeau | Interprètes pressenties : Antje Schur, Brigitta Horváth, Sarah Grandjean, Vera Mallien | Création sonore :  Armand Lesecq | Regard extérieur :  Marie Cambois

Production :  Artenréel #1 | Réalisation avec le soutien :  du Théâtre du Marché aux Grains – Atelier de Fabrique Artistique – Bouxwiller et de la Salle Europe de Colmar | Résidences / mises à disposition de studio :  le TROIS C-L, Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois, l’Abri de Genève, le Laboratoire Chorégraphique / Atelier de Fabrique Artistique de Reims  le Théâtre du Marché aux Grains / Atelier de Fabrique Artistique de Bouxwiller. | Partenaires financiers : Région Grand Est dans le cadre du dispositif de Soutien aux émergences.

 

ALEZAN — Loïc Faquet

> Projection

Une femme vêtue d’une robe de mariée se retrouve dans une écurie. Troublée dans son intimité , elle se questionne sur la possibilité d’épouser sa propre destinée.

La robe de mariée représente un point de vie chronologique marqué dans la vie d’une femme. Une étape sociale qui, grâce au vêtement, est immédiatement définie et reconnue. Ce moment peut être perçu comme un accomplissement dans la vie d’un individu et est considéré positivement. Mais est-ce un cap obligatoire à franchir dans la vie d’une femme ?

Le mariage est certes une institution sociale qui suppose l’amour, mais qui ne peut pas s’y substituer. Peut-on s’affranchir des marqueurs sociaux qui peuvent entourer notre éducation, nourrir notre environnement sans craindre un jugement de la part d’autrui, sans avoir de regrets personnels soutenus par notre regard ?
Sommes-nous capables de distinguer nos propres désirs ?

Chorégraphe : Loïc Faquet | Interprète : Alizée Duvernois | Réalisation Vidéo : Jérémy Tran | Musique : Adrien Graf | Lieu : Centre Équestre Saint-Maur Des Fossés

 

 

HVNGRY FOR MORE — Valerie Reding

> Exposition photo

Bienvenu.e*x*s dans notre panthéon d’icônes queer, où l’altérité, la diversité et la vulnérabilité sont nourries, partagées et célébrées. Nous sommes HVNGRY for more – avides de plus de tolérance, plus de respect, plus de liberté, plus de visibilité, plus de protection, plus de droits, plus de solidarité et plus d’amour !

HVNGRY for more est une série de photos réalisée par Valerie Reding qui consiste en sept portraits de personnes queer aux corps, origines culturelles et sociales, sexualités ainsi que d’identités et d’expressions de genre diverses. En étroite collaboration avec les personnes portraitées et fortement inspirée par des références à l’iconographie religieuse, au camp, à la culture pop et à l’esthétique des jeux vidéo, HVNGRY for more crée un « safe space » pour la libre exploration de représentations alternatives de personnes trans et non-binaires ainsi que de QPOC (queer people of colour) – bien au-delà de la binarité du genre ou autres socialisations.

Concept, photographie, costumes, makeup : Valerie Reding | Modèles : Bruna Revlon, Edwin Ramirez, Elie Autin, Mahalia Giotto, Sandro Niederer, Sebastien Rück, Titilayo Adebayo | Assistance photographie : Mahalia Giotto | Assistance production : Nicolas Dubosson | Bracelets en acrylic jaune fluo : Milko Boyarov| Production, administration, communication : REDart, Valerie Reding| Partenaires : BØWIE – The Gender Projects Incubator, Be You Network, Ernst Göhner Stiftung, Étienne Germain, Fondation Indépendance by BIL, Kulturfolger, Lust*Art by Luststreifen Film Festival Basel, LOS – Lesbenorganisation Schweiz, Ministère de la Culture du Luxembourg, Pink Cross, Stadt Zürich Kultur, TGNS – Transgender Network Switzerland, TROIS C-L Centre de Création, Chorégraphique Luxembourgeois, zürich moves! festival